Ail des Ours, c’est l’heure de la cueillette

Quand ?

Février-Mars : la saison idéale pour la cueillette des feuilles de la plante.

Où et comment la reconnaitre ?

On la trouvera essentiellement dans les milieux boisés et ombragés, mais attention à ne pas la confondre avec d’autres plantes toxiques telles que le colchique, le muguet ou l’arum maculé.

Elle est reconnaissable par son odeur caractéristique d’ail, d’autant plus qu’elle pousse généralement en vastes colonies. Elle forme une touffe avec de longues feuilles pointues à leur extrémité.

Au moment de la floraison (d’avril à juin), on la reconnait par de petites fleurs en étoiles regroupées. Cependant il est préférable de cueillir les feuilles avant la floraison.

Quelles sont les vertus de l’ail des ours ?

L’ail des ours présentent de nombreuses vertus thérapeutiques. Les propriétés médicinales de l’ail des ours sont connues depuis des temps anciens, les Celtes et les Germains notamment l’utilisaient couramment pour ses propriétés purifiantes.

Les principes actifs de l’ail des ours assez proches de ceux de l’ail commun, mais sont plus concentrés :

  • Riche en composés soufrés, notamment l’allicine qui est un puissant antimicrobien et un antibiotique naturel
  • Forte teneur en vitamine C, puissant antioxydant
  • Concentré en minéraux et oligoéléments tels que le sélénium, fer, silicium, manganèse et  zinc.

Ses principaux bienfaits :

  • dépuratif et détoxifiant grâce à ses composés soufrés. Prévention des accidents cardio-vasculaires en évitant les dépôts de cholestérol dans le sang. Plante idéale pour traiter les pathologies cardio-vasculaires et certaines pathologies du foie.
  • Régulateur de la tension artérielle grâce à des acides aminés.
  • Fluidifiant du sang, il permet de lutter contre la formation d’athéromes, de thromboses et autres troubles de la coagulation sanguine. Il sera aussi efficace pour soulager les rhumatismes.
  • chélateur des métaux lourds grâce au sélénium qu’il contient et aux composés soufrés qui permettent d’éliminer le mercure et le plomb de l’organisme en les rendant solubles dans l’eau.
  • antiseptique et antibiotique : il sera efficace pour les rhumes et grippes, ainsi que pour les pathologies respiratoires. Il permet aussi de traiter diarrhées, ballonnements et il favorise la digestion.
  • Vermifuge, il peut être employé pour lutter contre les vers intestinaux.
  • hypoglycémiant (diminution du taux de glucides dans le sang) et hypolipémiant (diminution du taux de lipides dans le sang), il permet d’aider lors d’un régime amaigrissant.

En cuisine !

Avec son parfum d’ail délicat, l’ail des ours peut facilement agrémenter notre cuisine.

  • Les feuilles crues peuvent être cuisinés entières dans quiche ou tarte.
  • Les feuilles crues hachées peuvent être utilisées comme un condiment avec salade, fromage frais, vinaigrette ou tous plats chauds.
  • Ma préparation préférée : le pesto !!! Mixez simplement vos feuilles d’ail des ours avec des pignons de pin ou des amandes (+ du parmesan pour les gourmands). Le pesto pourra se conserver dans des bocaux stérilisés.

Profitez d’une belle balade en nature pour la récolte de l’ail des ours qui ravivera vos papilles et qui vous apportera plus de bien-être…

Un grand merci à Agnès permacultrice à l’Ecolieu La Forêt (http://lesdelicesdagnes.free.fr/) pour tous ses conseils en autosuffisance alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *